Le blog du docteur k

Par Equasanté

Questions sur la sexualité

Quel est l’âge moyen lors du premier rapport ? L’homosexualité est-elle une perversion ? La masturbation, c’est quoi ? Et l’abstinence ?
Age des découvertes, des expériences, et des remises en question, l’adolescence est un moment intense et fragile de l’existence. A l’heure où le corps change et où le regard de l’autre sème le trouble, la sexualité et la vie affective sont sources de questionnements et parfois même d’anxiété pour de nombreux adolescents.

Pas de honte à savoir

Même si la sexualité n’est plus aujourd’hui un tabou et qu’il est assez facile d’en parler, la pudeur et la timidité peuvent bloquer le désir de savoir et de comprendre. C’est parfois le cas au sein du cercle familial, en milieu scolaire, voire entre amis. On n’est pas toujours à l’aise pour parler de sexualité par peur de déplaire, de passer pour un « looser », ou de paraître anormal. D’ailleurs, il n’est pas obligatoire d’en parler si l’on n’en ressent pas le besoin !

De nombreux sites internet et des lignes téléphoniques dédiées proposent d’informer et d’écouter adolescents et jeunes adultes sans les culpabiliser, et en évitant idées reçues et préjugés. Autre avantage : ces écoutes et demandes d’informations sont anonymes et gratuites. Il n’est donc pas nécessaire de révéler ni qui l’on est, ni pourquoi on le fait.

Plaisirs et dangers

La mission de ces relais pédagogiques est d’expliquer, de donner des repères sur la sexualité, de manière à ce qu’elle reste une source de plaisir et d’épanouissement. Car la sexualité est un sujet sérieux, et certains dangers qui l’entourent méritent aussi d’être rappelés. La sexualité comporte des risques individuels et collectifs : infections sexuellement transmissibles (IST), grossesses non désirées / IVG, violence sexuelle…
La loi ne fixe pas d’âge minimum aux relations sexuelles. En revanche, la loi interdit toute relation sexuelle entre une personne majeure (de 18 ans et plus) et une personne mineure (de 15 ans et moins), même si cette dernière est consentante. Ainsi, toute relation sexuelle entre un majeur de plus de 18 ans en un mineur de moins de 15 ans est considérée comme un viol.
Enfin, la banalisation des films pornographiques en accès libre sur internet semble déclencher des effets de mode à risques, et provoquer des complexes physiques sur un public jeune et malléable.

Amour, toujours

Contrairement à certaines idées reçues, les valeurs sentimentales ne sont pas ringardes, même auprès des jeunes : 74% des 18-24 ans se disent choqués si quelqu’un de leur entourage trompe son conjoint (sondage BVA/Psychologies). Quant à l’abstinence, elle ne fait pas forcément l’unanimité contre elle. Les rêves d’adolescents sont plus proches de l’amour passion façon Roméo et Juliette que de problèmes de spermatozoïdes, d’ovules ou d’infection. Ce qui compte dans cet aspect fondamental de la relation à l’autre, c’est que chacun puisse trouver sa voie et son bonheur selon son éducation et sa propre sensibilité.

Sources >>

Fil santé jeunes

INPES

Poster un commentaire

Votre email ne sera pas publiée.

*