Le blog du docteur k

Par Equasanté

Le casque ? Non merci maman !

On appelle cela le revers de la médaille : les déformations du crâne chez le nourrisson ont beaucoup augmenté depuis qu’il est recommandé de les faire dormir sur le dos, sans oreiller.
Le choix de cette position a considérablement réduit les cas de mort subite du nourrisson[1] , et c’est un grand succès de prévention. En retour, il semble que le nombre de cas de déformations du crâne ait aussi augmenté. 20 à 25 % des nourrissons seraient ainsi concernés, avec un maximum de fréquence entre 2 et 4 mois.

Les déformations dites posturales (ou positionnelles) se développent de manière assez stéréotypées. En effet, lorsqu’il est posé sur l’arrière sans oreiller, le crâne du nourrisson a tendance à rouler d’un côté, souvent le même, et de plus en plus !
Le crâne d’un nouveau-né étant extrêmement malléable, il a tendance à s’aplatir postérieurement avec un avancement de l’oreille du côté atteint. Et dans les formes plus évoluées, le visage aussi peut être dévié, avec une asymétrie généralisée à l’ensemble du crâne (plagiocéphalie). Dans les formes bilatérales, c’est toute la nuque et l’arrière du crâne qui sera aplati, avec une déformation plutôt symétrique (brachycéphalie).

A gauche, crâne normal après traitement. A droite, brachycéphalie avant traitement.

A gauche, crâne normal après traitement. A droite, plagiocéphalie avant traitement.

 

 

 

 

 

Les conséquences de ces déformations sont surtout esthétiques, voire dentaires (trouble de l’articulation temporo-mandibulaire). Un doute existe quant à la possibilité de conséquences neurologiques : acquisitions psychomotrices retardées, audition altérée.

Ces déformations posturales ne régressent pas spontanément, autant le savoir. Les parents doivent donc être informés de la possibilité de survenue de telles déformations car ils peuvent jouer un rôle essentiel dans leur prévention.

Prévention

  • Alternez la position de son crâne quand vous le couchez et surveillez qu’il tourne la tête autant à droite qu’à gauche.
  • Variez les positions quand vous le tenez dans vos bras : au creux de votre bras droit ou gauche, allongé sur votre avant-bras, ceinturé devant vous …
  • Utilisez un oreiller de type médical pour nourrisson, ne présentant pas de risque d’enfouissement. Ce point ne fait pas l’unanimité dans la mesure où il contrevient aux recommandations habituelles. Pour autant, c’est un moyen préventif (et même curatif !) efficace.

Au besoin, stimulez votre enfant :

  • en plaçant ses centres d’intérêts (jouets, mobiles) du côté opposé à la déformation
  • en attirant son attention du côté opposé à la déformation : lumière, bruits, visages familiers

Si les mesures préventives ne suffisent pas…

La kinésithérapie est indiquée en cas de torticolis permanent associé.

Le traitement ostéopathique a une place de choix : il ne s’arrête pas à la seule déformation visible du crâne. Il prend en compte la globalité du corps du nourrisson et l’asymétrie posturale.

Si aucune amélioration n’est constatée après l’âge de 6 mois, le port permanent d’un casque en plastique rigide pendant 6 à 12 mois peut être essayé.
A ce propos, une équipe médicale néerlandaise a évalué l’efficacité de cette méthode sur des enfants atteints d’une déformation modérée à sévère du crâne.
La moitié d’entre eux devait porter le casque pendant 6 mois, l’autre moitié respectant l’évolution naturelle. A l’âge de 24 mois, une amélioration a été obtenue dans les deux groupes, sans qu’une différence significative ne soit observée.
Le casque est relativement bien toléré par les enfants : il n’interfère ni sur le développement moteur, ni sur la qualité de sommeil ou les pleurs.
En revanche, les parents des enfants « casqués » rapportent logiquement davantage d’effets indésirables (irritations cutanées, transpiration, odeur du casque, douleurs) mais se montrent davantage satisfaits de l’évolution de la déformation.
Effet placébo et/ou anxiolytique de la prise en charge médicale ?
Toujours est-il qu’aux Pays-Bas, 1 à 2% des nourrissons sont maintenant équipés de ces casques !

Sources >>

National Library of Medicine (en anglais)

Société Française de Pédiatrie


[1] En France, les cas de MSN sont passés d’environ 500 / an avant 1992 à moins de 100 / an ces dernières années.

2 thoughts on “Le casque ? Non merci maman !”

  1. Potdevin dit :

    Bonjour à tous,

    Ce poste est scandaleux,
    Un bébé présentant une brachycéphalie sévère peut, présenter un tas de problèmes.
    Concernant le casque, un seul casque est efficace, c’est le casque dynamique du laboratoire Cranian technologie.
    Seul le Docteur Pyniot près de Barcelone traite les enfants avec ce type d’orthèse, les autres médecins européens utilisent des casques dit passifs à effets minimes et résultats proches de zéro!
    Durée de traitement 6 à 12 mois sans réelles améliorations.
    Poids environ 500g
    Alors que le casque dynamique fonctionne vraiment, durée de traitement de 3 à 6 mois, poids moins de 200g et traité toutes les plagiocephalie même sévère et ceux jusqu’à 24 mois!
    Ma fille attaque le port du casque le 18 juillet prochain.
    Français, ne perdez pas votre temps avec les Neuro-chirurgiens français ce sont des incompétents aux services des l’aborztoir français qui fabrique des casques passifs inefficaces.

    1. Naoil31 dit :

      Bonjour,
      Votre enfant a t il retrouvé une tête symétrique avec le casque? Mon fils doit en porter un dynamique. Merci

Poster un commentaire

Votre email ne sera pas publiée.

*